Chimères

Ces créatures-horloge, pourvues d’un corps d’oiseau et coiffées d’une paire de bois, ont l’apparence de taxidermies. Mais il s’agit bien de sculptures  recouvertes, une à une, de plumes récoltées au fil du temps.

Ici, l'animal devient objet, présentant un corps dépossédé de son âme. La mécanique de l'horloge vient alors se substituer au battement d'un cœur qui résonne comme un écho lointain et dérangeant à "l'animal machine" introduit par Descartes.

Nées de cette fascination au corps et sa parure, ces chimères racontent l'animal dans sa beauté matérielle, et ce lien étroit qui l'unit à l'objet dont la taxidermie en est la plus troublante représentation.